Jean Luc

Jean Luc

Je n’ai pas grand chose à offrir : une caravane chauffée, la soupe et mon quotidien.
Voici un peu moins de six ans, en pleine période grand froid 2012, j’ai accueilli Jean Luc un petit père SDF de Villeneuve Saint Georges, pour le temps qu’il faudra… et ce grâce à notre mouvement citoyen du 115 du Particulier qui venait de naître…
L’heure n’a jamais été, pour moi, de calculer ou de définir une durée d’un coup de main, mais d’avoir à répondre au froid et à un besoin de justice…

Le 10 Février de cette année là, le problème fut que je ne pouvais pas véhiculer Jean luc, alors j’ai bombardé une annonce sur notre « mur Facebook » du 115 du Particulier et Jean Jacques de Nargis a assuré la liaison par covoiturage.
Encore merci à toi Jean Jacques !
Jean Jacques nous a malheureusement quitté cette année…

Jean Luc vit SA vie depuis et a su, je pense, trouvé la plupart des repères de vies nécessaires à gommer les stigmates de cette exclusion » dont il était victime…

Dernier écueil pour l’exclu social qu’il fut : « à la rue »…
Cette rue qui éloigne inéluctablement l’homme de sa citoyenneté et de ces engagements qui font et feraient de lui notre égal.
N’ayant pas de chez lui, comment peut-on croire un seul instant que le sans abri lambda puisse un jour trouver un emploi et une certaine hygiène de vie , un équilibre, une vie citoyenne comme tout le monde en somme et comme le prévoit la République Française dans sa constitution ?
N’aurait-il plus voix au chapitre de la citoyenneté sous prétexte qu’il est désargenté et mieux encore, plus recensé, plus sérié, plus rentable, donc ignoré de droit et enfin classé en paria et stigmatisé par les pouvoirs publics ou une certaine star de football sur le déclin comme étant un de ces clochards qui parasitent l’existence des gens normaux ?
Pauvre des pauvres à qui ont interdit pratiquement tout, y compris de fouiller les poubelles pour bouffer ou de mendier et que l’on amende, comme s’il allait pouvoir un jour honorer une amende puisqu’il se livre à ce genre de « crimes » qui, à n’en pas douter, lui permettent de voir le bonheur frapper à sa porte ? !
Pauvres à qui ont fait supporter l’origine de tous les maux sociaux par nos égoïsmes matérialistes, alors qu’ils s’inscrivent comme étant les victimes naturelles des échecs de politiques sociales absolument ineptes, désocialisantes, pour le moins inégalitaires, incitoyennes et in-fraternelles !

N’est-il pas temps de regarder dans le blanc des yeux cette misère que l’on engendre plus vite que la lumière et qui un jour, d’assombrissement en assombrissement, nous fera obligatoirement vivre dans la nuit la plus absolue et la plus antinomique ?

Oui Nous, car Nous sommes coupables de ces situations par nos démissions sociales, nos individualismes, nos indifférences, nos refus de voir au delà de notre bout du nez, nos façons de faire la sourde oreille quand un ventre vide résonne sur le pas de nos portes, prétextant que ce n’est pas de notre faute et en se réconfortant en scandant des
« Laissons faire l’exécutif, il saura géré ! »

Mais Nous, Citoyens de toutes origines, ne sommes nous pas le coeur de l’humanité ?
Qui nous interdit de laisser parler nos coeurs ?
Rien, absolument rien !
Nos coeurs sont nés libres de partager…

Il faut cesser de bailler aux corneilles ou d’attendre que cela dégèle et de croire inlassablement aux « bonimensonges des politichiens » !
Car on n’est jamais mieux servi que par soi-même, la preuve :
Ce merveilleux mouvement citoyen né d’une conscience collective appelée :
Le 115 du Particulier !
Un véritable mouvement citoyen qui nous permet de faire cette fabuleuse découverte comme :
L’HUMAIN !

Aider et se rendre utile sans avoir de compte à rendre, sans bride…
Pouvoir parler, partager, donner, échanger, communiquer, refaire le monde pour de vrai
et ce, LIBREMENT !
Etre humain, quoi !
RESTITUER LE SENS DE LA VIE…

Aujourd’hui, Jean Luc a su trouvé la plupart des repères de vies qui ont gommé « l’exclusion » dont il était victime.

Il n’y a pas de hasard, quoique disent les quand dira t’on !
Et je n’ai pas spécialement besoin de mettre ma gueule dans les journaux pour m’en enorgueillir ! Je ne suis pas une bête de foire, ni même Jean Luc, ni qui que ce soit dans notre équipe du 115 du Particulier !

En fait, la seule satisfaction que je pourrais en retenir, c’est que nous aidons concrètement des hommes victimes de l’exclusion, et ce, en toute simplicité, en toute humanité et que nous pouvons nous regarder à nouveau dans un miroir sans en détourner le regard…

Ces hommes : Un père, un frère, un cousin, un ami, un pote, un voisin, une connaissance…

Merci d’avoir également retrouver le chemin de ce miroir…

Merci d’être cette belle famille du 115 du Particulier !

Marchons ensemble pour faire reculer la misère et conduire nos frangins de la rue sur le chemin de la dignité citoyenne, car ce n’est qu’une affaire de famille…

Sans Toi, Nous ne serions rien !…

Brann du Senon

(Pour agrandir la photo, cliquez dessus)

Laisser un commentaire