Journal de bord du 115DP

  • Les News du Village

    Les News du Village
    du 13/10/2017

    Par bonheur, le redoux de l’automne caresse le Village par des couleurs teintées d’ocre et de roux…
    Quelques fleurs viennent encore égayées le pas de nos portes et allège la rudesse du quotidien…
    Hélas, Les embûches ne nous épargnent pas ! Il faut se battre sans baisser sa garde pour survivre , préserver le peu que l’on a et affirmer encore plus fort qu’être sans abri, c’est aussi avoir le droit de vivre comme tout le monde.

    Le Village du 115 Du Particulier, communauté d’accueil de Sans Abri, autogérée, qui avance sans subvention, restitue bon an mal an, les droits au toit, à l’alimentation régulière, à l’hygiène, aux soins, à l’accès aux droits communs : couverture sociale…, à l’accompagnement aux recherches d’emploi, de logement et quand on peut au maintien des liens familiaux.
    Les bases de vie en somme que notre système sociétal, au vu des conjonctures actuelles, a bien du mal à maintenir pour les plus démunis et ce, malgré une législation existante pas toujours entendue de tous…

    Alors dans ce lieu à vivre, on prend en quelque sorte le maquis et tel un équilibriste sur le fil d’un avenir incertain, nous existons contre vents et marées…
    La survie économique de la communauté se maintient grâce à des activités basées sur le volontariat des résidents, tournant principalement autour de récupérations de choses jetées, du réemploi de matériaux (recyclerie), du recyclage de métaux, déconstruction de caravanes en fin de vie, du négoce de bois de chauffage…

    Faute de trésorerie pérenne, car tout passe dans la vie de tous les jours, la plupart du matériel que nous utilisons pour « s’activer » n’est pas de première jeunesse et bien souvent, leurs usures nous exposent à la casse…

    Et en ce moment, une pluie de catastrophes s’abat sur nous et les remises en état, quand cela reste possible…, sont beaucoup trop lentes puisque tributaire de cette trésorerie « aléatoire ».
    Jusqu’ici, nous avons pu faire face, patiemment, laborieusement, en rognant sur tout…
    Mais là : C’est particulièrement dur…
    Et l’hiver arrive !

    N’ayant toujours pas de raccordement EDF par la seule volonté d’une politique municipale inhospitalière et foncièrement opposée à notre démarche humaniste, l’électricité nécessaire à la vie du Village est produite par un groupe électrogène d’une puissance de 25 KWA fonctionnant au fioul. La facture mensuelle de fioul avoisine 2500 euros !

    Notre groupe, âgé de 30 ans a cassé (bielle + culasse) et malgré le « génie » d’Olivier, notre mécano, et celui de Michel, bénévole retraité, l’engin est irréparable, car n’étant plus fabriqué, il n’y a plus de pièces disponibles.

    Donc nous nous sommes fait dépannés par un groupe de 12 KWA qui couvre tout juste les besoins vitaux de la communauté (Pompe d’extraction d’eau (forage) et circuit de diffusion, ligne de froid, éclairage…) et qui condamne l’utilisation des chauffages électriques des caravanes…
    Étant sollicité à l’extrême, ce groupe consomme approximativement comme l’ancien et bien que plus récent, sa durée de vie en est d’autant plus exposée…
    Inutile de dire qu’à ce jour, si casse il y avait, nous n’aurions rien pour relayer…
    On avance à vue…

    Autre souci majeur : Voici un mois et demi, nous avons cassé le moteur de notre vieux camion benne ( 5550 000 km) qui nous sert à livrer le bois de chauffage : (Coussinets de bielle HS ayant entraîné la casse moteur)
    Olivier est en train de refaire le moteur au rythme de nos moyens financiers, soit au rythme « très ralenti » de nos rentrées issues des livraisons de bois assurées par notre vieux tracteur de 45 ans (très sollicité par la fendeuse, etc…) lorsqu’il s’agit de livraisons de proximité. Les plus éloignées ne pouvant pas être honorées… Cette panne nous interdit également de livrer les métaux issus de la déconstruction.

    Là dessus, s’ajoute les frais de vie (gaz, produits d’hygiène et alimentaires, assurances, etc)
    La vie du Village coûte 4500 euros en moyenne et nous y sommes arrivés jusque là !
    On a beau faire le dos rond, sans attendre que l’orage passe et on ne reste pas les mains dans les poches, on continue à se taper !…
    Les résidents sont très courageux !

    Mais là, avec ces casses, nous avons besoin d’aide pour faire face et nous lançons un appel à solidarité…
    Et surtout les compétences d’une personne pour organiser une levée de fonds…

    Oui, et on continue malgré tout à assurer nos distributions alimentaires qui soutiennent prés de 450 familles, chaque semaine…

    Les News…

    Comme chaque matin, Valérie et Vincent (notre cuistot) partent suivre leur stage d’insertion. Une au COS de Nanteau sur Lunain et l’autre dans une boutique d’informatique de Souppes sur Loing.

    Jean René, fraîchement débarqué dans la communauté, s’active déjà dans les finitions de toilettes sèches mobiles que nous produisons…

    Olivier le mécano attend avec impatience la pochette de joints du moteur pour finir son travail d’orfèvre, mais comme il n’aime pas rester sans rien faire, il va faire les niveaux des véhicules.

    La semaine dernière, nous nous sommes fait livrer 50 stères de bois en 2 m pour maintenir notre activité forestière et tout le monde met la main à la pâte. David débite à la tronçonneuse, Gorguéï et Raph fendent les grosses sections, Salah se colle à l’empilage et Petit Pat aux livraisons entre deux collectes d’invendus.

    Patrick, gestionnaire des distributions, entre deux préparations de colis alimentaires, part livrer une camionnette de denrées à la Communauté Emmaüs de la Grande Paroisse (100 personnes) et dans la foulée, une autre pour la Ferme de Baslin, communauté d’accueil handicapés.

    Le Secours Populaire de Souppes passe à 10 h pour s’approvisionner afin d’effectuer leur distribution bi hebdomadaire auprès de 35 familles.

    Aujourd’hui, David va chercher une caravane qu’un camping du coin nous donne.

    Vers 18 h Gorguéï ira à son suivi de soins au cabinet d’infirmiers de Chéroy.

    Quand à moi, je me colle à la cuisine en l’absence de Vincent occupé par son stage.

    Saluons ici, Eric, notre nouvel encadrant depuis deux semaines, diplômé en insertion par la DIREECTE, qui a pris en charge l’administration du Village suite au départ de Jean Pierre qui a trouvé un job sur Paris.

    Au menu :
    Gratin de chou fleur et cordons bleus.

    Brann du Senon

     

     

     

     

  • Les news du Village du 25/07/2017

    Les news du Village du 25/07/2017

    Avec les beaux jours, l’activité bat son plein au Village et il ne reste pas beaucoup de temps pour flâner sur la toile et te raconter tout ce qui s’y passe…
    Clins d’oeil sur nos vies…
    Devant le chagrin de Patrick depuis la disparition de notre vieille Caline (la malinoise), la communauté s’est organisée pour lui offrir une nouvelle compagne sur pattes : Alma,un mâtin espagnol…
    Toute l’année Patrick, à raison de trois fois par semaine, concocte et effectue les distributions alimentaires de Souppes sur loing, Voulx et Lorrez le bocage parce que la misère ne prend pas de vacance, elle…
    Voilà prés de quatre ans que les poules vivaient dans un poulailler de fortune qui a mal vieilli… Il était temps que nous faisions quelque chose de plus confortable pour nos pondeuses…
    Alors tout le monde s’y est mis !
    Steph’, David, Yoann, Pacpac, Oliv’, Vincent…
    Donc hier, nos poules ont pendu la crémaillère !
    Oliv’ le mécano s’est aménagé un petit jardin et ça pousse !
    Bouffée d’oxygène pour lui qui se bat comme un diable pour entretenir nos véhicules avec les moyens du bord… Hier les amortisseurs arrière du Kangoo et aujourd’hui, la courroie d’accessoire du Master ! Il ne se passe pas un jour sans que la clé de 12 ne parle !…
    Mat’ le zicos, soudeur de métier, a rafistolé la fendeuse…
    Entre autres, puisque pas plus tard que cette nuit, il a rapatrié une collecte de trois palettes d’invendus de Rungis… David et Yoann se collent au déchargement et au rangement dans notre super chambre froide.
    Dav’ a trouvé un job dans un élevage de volailles de Dollot.
    Gorgueï suit un stage de formation à Nemours jusqu’en septembre.
    Stéph’ et Patrick les ébénistes reprennent aujourd’hui la construction de toilettes sèches mobiles…
    Vincent, arrivé de la semaine dernière, a pris le poste de cuisinier et les gamelles chantent !
    Depuis cinq jours, nous avons accueilli Valérie 53 ans, qui subissait des maltraitances et mise à la rue… Du coup, elle épaule Vincent en cuisine.
    Salah est sorti de l’hosto, ayant fait une chute dans la rue, et a repris son poste de semainier de salle.
    Petit Pat assure les liaisons avec la communauté Emmaus de la Grande Paroisse et livre Alimentation et vêtements deux fois par semaine.
    Yoann, 22 ans, n’ayant droit à que dalle au vu du système, va tailler une haie chez Christine qui le rémunère en chèques emploi service. C’est aussi lui qui va gérer le casse croûte des poules.

    Hier, réunion de la communauté et répartition des tâches collectives : Vaisselle, entretiens des sanitaires, des toilettes sèches… Et programmation du prochain vide grenier pour le dimanche 20 Août !

    Au menu du jour :
    Poireaux vinaigrette et salade de courgettes jaunes
    Cordons bleu accompagnés de pommes boulangères

    (Pour agrandir photos, cliquez dessus)

  • Les News du Village du 07/06/2017

    La communauté n’a jamais été aussi homogène et solidaire !
    Il s’y est institué une sorte de « réflexe solution » à tout problème et ça, c’est juste inestimable…
    Même si le quotidien pèse « légitimement » sur l’un ou sur l’autre par moment, il y a toujours quelqu’un de présent pour donner le petit coup de pouce qui va bien pour faire redémarrer la machine de l’optimisme.
    Oui, recevoir pour apprendre à donner à son tour, voilà la véritable force du Village du 115 DP, parce qu’on ne pense plus à soi uniquement, on pense aux autres, à ceux qui ont besoin… Alors on partage le trois fois rien qui fait tout…

    Petit clin d’oeil sur une journée « extraordinaire »…

    -04h00 Alors que la communauté est encore bien calée au fond de l’oreiller, David prend la route via Rungis pour aller chercher trois palettes de denrées fraîches généreusement offertes par un de nos partenaires.
    -06h45 Retour de David et inventaire de l’arrivage afin d’en coordonner le stockage et la distribution. Le Village étant limité en terme de conservation du frais, il n’y a pas de temps à perdre pour ne pas briser la ligne du froid et ne pas gâcher. Mais ça, depuis plus de cinq ans, on a appris à le faire de mieux en mieux pour aider le plus grand nombre, malgré la politique isolée et tristement antinomique de l’élu local qui cherche, en vain, à en saper la démarche citoyenne… Une politique pour le moins stérile et gratuite, due probablement à certaines frustrations qui sait ?, puisqu’elle ne propose rien d’autre pour palier aux dysfonctionnements des institutions face à la misère, juste une volonté d’entretenir sciemment les inégalités sociales qui en découlent… Fort heureusement, cet élu est bien seul dans son Karma, puisque TOUTES les autres communes environnantes partagent notre dynamique et cela compense largement côté coeur.
    -Inventaire : Deux palettes de yaourts et une palette de divers (fromages, charcuterie, plats cuisinés…), le tout avec des dates de péremption allant du 11/06 au 21/06.
    -07h00 Contact avec le Secours Populaire de Nemours qui assure une distribution le jeudi matin pour 130 familles environ, ainsi que le CCAS de Souppes sur Loing qui assure une distribution même jour pour, entre autres, les 62 familles victimes des inondations. Sans oublier la Communauté d’Emmaus de la Grande Paroisse qui compte une centaine de compagnons.
    -08h00 Stéphane et Olivier sont sur le départ livraison du Secours Pop’ et du CCAS de Souppes.
    -08h10 Jean Pierre va chercher le pain à Voulx chez notre pote Franck le boulanger
    -08h30 Pat, notre Obélix…, assure la livraison d’Emmaus
    -08h45 Jean Pierre repart déposer Gorgueï à son rendez vous Pôle emploi et David(2) à la gare de Nemours pour qu’il aille à un rendez vous d’avocat sur Marne la Vallée.
    -09h00 Patrick, Raph et Mathieu vont chercher un camion de bois.
    -09h00 Salah s’affaire en cuisine et Oliv’ « mécanique » notre vieux tracteur
    -10h00 Jean Pierre va à la collecte journalière d’« invendus » auprès du supermarché du coin
    -11h15 Retour des distributions
    -11h30 Salah allume le Barbecue
    -12h00 Retour de l’équipe « bois » et casse croûte
    -14h00 Stéphane et Mathieu planchent sur la fabrication d’un module de toilettes sèches mobiles
    -14h00 Olivier et Moi même partons pour l’après midi sur un débarras dans un village voisin. Devant l’importance des choses à enlever, trois voyages sont nécessaires, David et Raph nous rejoindront dés le second.
    -17h45 Alors que nous arrivions pour effectuer le troisième enlèvement du débarras, une jeune femme nous interpelle pour aider une mamie de 72 ans qui était tombée dans son jardin et qui n’arrivait pas à se relever, alors bousculée par une de ses chèvres auxquelles elle venait donner quelques croûtes de pain. Nous voilà partis pour secourir Ginette ! Après avoir escalader le portail fermé, nous remettions sur pied la grand-mère. Plus de peur que de mal, heureusement. Quelques n instants plus tard, les pompiers la réconfortaient à leur tour.
    -19h10 Retour du débarras et de David 2
    -19h30 Bruno le retraité vient cherché son colis alimentaire et se joint à nous pour le souper
    -21h00 Distribution des gamelles des chiens.
    Toute la communauté se disperse enfin dans un repos bien mérité !…
    Et seul le bruit du groupe électrogène nous rappelle qu’il y a une VIE au Village des Sans Abri du 115 Du Particulier…
    Brann du Senon

  • Près de 5 ans déjà
    Donc hier et toujours d’actualité dans ce paysage social de merde !…LA MISÈRE SE CONJUGUE PAR TOUS LES TEMPS !!!
    Voici quelques mois, notre Village accueillait Patrick R, 51 ans, Sans abri depuis trois ans.
    Trois ans d’errance, de détresse morale et de barrières sociales qui ont fini par le désocialiser jusqu’à l’exclusion…
    Trois ans d’accueil « au gré des disponibilités» en centres d’hébergement d’urgence, soit au petit bonheur la chance, et toujours en dépit des intempéries et ce en alternance avec le quai d’une gare, une cage d’escalier, un abri de bus ou une cave !…,
    Trois ans à appeler, chaque soir, le 115 National tout en sachant que 75 % des appels reçus par cet organisme restent sans réponse…
    Trois ans sans pouvoir se projeter faute d’avoir l’esprit suffisamment dégagée de ces questions récurrentes du savoir où dormir et du savoir où manger ?

    Des questions sans réponse qui interdisent à tout citoyen d’entamer de façon pérenne des démarches locatives ou d’emploi…
    D’autant plus que les centres sont fermés en fin de trêve hivernale…
    Donc structure d’urgence inexistante.

    Et quand bien même il en existerait, où peut-on être informé PUBLIQUEMENT de certaines disponibilités ?
    Aucun affichage municipal et public ne va en ce sens, en FRANCE !!!
    Au Village du 115 Du Particulier, lieu de transition où le temps appartient au temps et où la « MISE A L’ABRI » répond à une ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER qui se matérialise réellement au delà des mots !
    Là où l’humain essaye de se reconstruire à travers un schéma CONCRET et dépouillé de tout formalisme imposé d’ETAT en matière d’urgence !

    Là où la DIGNITÉ CITOYENNE reprend instantanément SES DROITS !
    Le temps de retrouver « certains repères » de vie et nous voilà accompagnant Patrick dans « sa » reconnaissance administrative…
    N’ayant plus aucune archive papier inhérente à son passé social ou à son identité, la tâche n’est pas simple…

    -14/05 : Domiciliation au CCAS de Nemours et ce, malgré l’absence de carte d’identité
    -14/05 : Tentative de déclaration de perte de papiers d’identité au Commissariat de Nemours (refusée faute de pouvoir produire un extrait de naissance…)
    -15/05 : Demande d’extrait de naissance par internet
    -22/05 : Réception de l’extrait de naissance
    -22/05 : Déclaration de perte de papiers d’identité auprès du commissariat de Nemours
    -22/05 : Démarche auprès de la caisse d’assurance maladie de Nemours pour obtenir une attestation de couverture sociale. REFUSÉE faute de pièce d’identité, malgré la production de son numéro de sécu et de l’extrait de naissance.
    -22/05 : Prise de contact avec le centre d’insertion social de Nemours en vue d’une ouverture de droits au RSA. RDV le 28/05 à 8h30
    -27/05 : Collecte au Village pour permettre à Patrick de faire des photos d’identité et s’acheter un timbre fiscal à 25 euros pour refaire sa carte d’identité.
    -28/05 : Présentation au RDV du CIS de Nemours pour s’entendre dire que ce n’était pas sous cette enseigne, mais sous celle du CCAS qu’il fallait effectuer les démarches RSA
    -28/05 : RDV pris au CCAS pour le 08/06 à 10h30
    -28/05 : Démarche auprès de Sous préfecture de Fontainebleau pour la délivrance de son duplicata de permis de conduire. Pièces à fournir : Déclaration de perte, deux photos d’identité, attestation de domicile et…pièce d’identité ! (deux mois de délai de CNI + le délai de délivrance de permis!?)
    -01/06 : Demande de carte nationale d’identité à la Mairie de Nemours (Deux mois environ!)
    -08/06 : RDV au CCAS avec l’assistante sociale qui précise les pièces à fournir pour l’ouverture aux droits du RSA : Pièce d’identité, attestation de domicile (CCAS…), Relevé d’identité bancaire et attestation sécu…(deux mois de délai, puisqu’il faut la CNI pour l’obtenir!)
    -11/06 : Tentative d’ouverture de compte en banque à la Poste, impossible sans production de CNI.

    A savoir que notre Village du 115 Du Particulier, initiative reposant exclusivement sur la « générosité » de citoyens, se trouve à 17 kilomètres de Nemours et n’est pas desservi par des transports en commun réguliers. Donc on se débrouille avec cette solidarité AUTO-GÉRÉE et ses frais d’essence !

    Le cas de Patrick n’est hélas pas un cas isolé…
    Voici prés de quatre ans que le 115 Du Particulier « aide à ces retours à la dignité citoyenne » et ce, HORS SYSTÈME !
    Les principales questions qui nous sautent à la tronche sont :
    Si le 115 Du Particulier n’existait pas, où Patrick pourrait-il manger sans commettre d’infraction ?

    En mendiant ?
    En fouillant les poubelles ?
    Au risque de se faire emballer par la police municipale ?
    En se livrant à quelques grivèleries pouvant entraîner son incarcération ?
    Devrait-il attendre un minimum de CINQ mois (deux mois de délais de CNI + le délai BIEN inconnu de reconnaissance de droits) pour percevoir le RSA pour enfin REPUBLIQUEMENT pouvoir casser la croûte ?
    Combien de temps lui faudra-t’il attendre pour se laver ?
    Pour dormir au « sec »?
    Attendre peut être, l’hiver prochain, la réouverture des centres d’hébergement d’urgence ?

    Que doit-on faire pendant ce temps là ?
    Laisser crever Patrick et se livrer à une non assistance à personne mise en danger par BÊTISE ADMINISTRATIVE ET MÉPRIS SOCIAL ?
    EST-CE A CELA QUE SERVENT NOS IMPÔTS ?
    SOIT A ENTRETENIR L’EXCLUSION ET CULTIVER LES LAISSER POUR COMPTE !!!
    Faut-il préciser ici que Patrick a cotisé pendant ses 29 ans de travail ?
    Que le marché du travail pour les seniors est sur la position « perdu de vue » ?
    Au delà des blablas politiques,
    NOUS EXIGEONS UNE RÉPONSE IMMÉDIATE DE LA COLLECTIVITÉ ET DE SON EXÉCUTIF !
    LA FAIM DE CITOYENS N’ATTEND PAS,
    IL S’AGIT D’UN DROIT DE VIE !!!
    DE NOS VIES !

    RAPPEL :
    Déclaration universelle des droits de l’homme
    Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme
    Article 25
    1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.
    Patrick est aujourd’hui le coordinateur des distributions alimentaires de notre communauté.
    Brann du Senon

    (Pour agrandir image, cliquez dessus!)

  • Professionnalisation du Village du 115DP

    Le Village du 115 Du Particulier se professionnalise de plus en plus…
    Dans le cadre d’une extension de communauté dans l’Oise, chez Laurence, nous restaurons une bâtisse pour accueillir encore plus…
    A pied d’oeuvre : David, Fousse un étudiant que Laurence accueille depuis quelques mois (entre deux cours de sciences po’) et moi même nous voilà à faire nos premiers pas dans le « sauvetage » de la véranda.
    A la base, l’extension a mal vieilli car les matériaux utilisés n’étaient pas adaptés pour durer et ont pourri sur pied. Alors on a repensé la structure avec le savoir faire que nous développons de nos chalets mobiles.
    Un clin d’oeil à cette « insertion » que nous mettons en œuvre avec une pause barbecue à la sardoche !
    Voilà ce cela donne après deux jours de taf…

    (pour visualiser les photos en taille réelle, cliquez dessus)