Journal de bord du 115DP

  • Humanisme!!

    Il n’y a rien de plus fort que l’humanisme.
    Merci Yves pour tes valeurs

  • Tout frais!

    Tout frais !
    Et encore merci à la municipalité de Lorrez le Bocage qui sait ce que veut dire : Egalité des chances et droits civiques.
    Ce qui n’est certainement pas le cas des élus de Villebéon foncièrement hors la loi !
    Et qui plus est, devant 18 témoins, lors du dernier conseil municipal de Villebéon en date du vendredi 2 mars 2018, le maire a affirmé qu’il était préférable de mourir de froid à Villebéon plutôt que d’inhaler du monoxyde carbone d’un chauffage bricolé de caravane !

  • Nouveau groupe électrogène!

    Hier soir, la cagnotte nous a permis d’acheter un nouveau groupe de 15 kwa d’occasion !
    Une bonne occasion puisqu’il a 3355 heures au compteur !
    Un modèle récent de 2014.
    La mise en route est en train de se faire par Patrick, Olivier et Michel.
    Encore merci pour votre solidarité
    Bisou sur le coeur
    Brann du Senon

  • Jean Luc

    Jean Luc

    Je n’ai pas grand chose à offrir : une caravane chauffée, la soupe et mon quotidien.
    Voici un peu moins de six ans, en pleine période grand froid 2012, j’ai accueilli Jean Luc un petit père SDF de Villeneuve Saint Georges, pour le temps qu’il faudra… et ce grâce à notre mouvement citoyen du 115 du Particulier qui venait de naître…
    L’heure n’a jamais été, pour moi, de calculer ou de définir une durée d’un coup de main, mais d’avoir à répondre au froid et à un besoin de justice…

    Le 10 Février de cette année là, le problème fut que je ne pouvais pas véhiculer Jean luc, alors j’ai bombardé une annonce sur notre « mur Facebook » du 115 du Particulier et Jean Jacques de Nargis a assuré la liaison par covoiturage.
    Encore merci à toi Jean Jacques !
    Jean Jacques nous a malheureusement quitté cette année…

    Jean Luc vit SA vie depuis et a su, je pense, trouvé la plupart des repères de vies nécessaires à gommer les stigmates de cette exclusion » dont il était victime…

    Dernier écueil pour l’exclu social qu’il fut : « à la rue »…
    Cette rue qui éloigne inéluctablement l’homme de sa citoyenneté et de ces engagements qui font et feraient de lui notre égal.
    N’ayant pas de chez lui, comment peut-on croire un seul instant que le sans abri lambda puisse un jour trouver un emploi et une certaine hygiène de vie , un équilibre, une vie citoyenne comme tout le monde en somme et comme le prévoit la République Française dans sa constitution ?
    N’aurait-il plus voix au chapitre de la citoyenneté sous prétexte qu’il est désargenté et mieux encore, plus recensé, plus sérié, plus rentable, donc ignoré de droit et enfin classé en paria et stigmatisé par les pouvoirs publics ou une certaine star de football sur le déclin comme étant un de ces clochards qui parasitent l’existence des gens normaux ?
    Pauvre des pauvres à qui ont interdit pratiquement tout, y compris de fouiller les poubelles pour bouffer ou de mendier et que l’on amende, comme s’il allait pouvoir un jour honorer une amende puisqu’il se livre à ce genre de « crimes » qui, à n’en pas douter, lui permettent de voir le bonheur frapper à sa porte ? !
    Pauvres à qui ont fait supporter l’origine de tous les maux sociaux par nos égoïsmes matérialistes, alors qu’ils s’inscrivent comme étant les victimes naturelles des échecs de politiques sociales absolument ineptes, désocialisantes, pour le moins inégalitaires, incitoyennes et in-fraternelles !

    N’est-il pas temps de regarder dans le blanc des yeux cette misère que l’on engendre plus vite que la lumière et qui un jour, d’assombrissement en assombrissement, nous fera obligatoirement vivre dans la nuit la plus absolue et la plus antinomique ?

    Oui Nous, car Nous sommes coupables de ces situations par nos démissions sociales, nos individualismes, nos indifférences, nos refus de voir au delà de notre bout du nez, nos façons de faire la sourde oreille quand un ventre vide résonne sur le pas de nos portes, prétextant que ce n’est pas de notre faute et en se réconfortant en scandant des
    « Laissons faire l’exécutif, il saura géré ! »

    Mais Nous, Citoyens de toutes origines, ne sommes nous pas le coeur de l’humanité ?
    Qui nous interdit de laisser parler nos coeurs ?
    Rien, absolument rien !
    Nos coeurs sont nés libres de partager…

    Il faut cesser de bailler aux corneilles ou d’attendre que cela dégèle et de croire inlassablement aux « bonimensonges des politichiens » !
    Car on n’est jamais mieux servi que par soi-même, la preuve :
    Ce merveilleux mouvement citoyen né d’une conscience collective appelée :
    Le 115 du Particulier !
    Un véritable mouvement citoyen qui nous permet de faire cette fabuleuse découverte comme :
    L’HUMAIN !

    Aider et se rendre utile sans avoir de compte à rendre, sans bride…
    Pouvoir parler, partager, donner, échanger, communiquer, refaire le monde pour de vrai
    et ce, LIBREMENT !
    Etre humain, quoi !
    RESTITUER LE SENS DE LA VIE…

    Aujourd’hui, Jean Luc a su trouvé la plupart des repères de vies qui ont gommé « l’exclusion » dont il était victime.

    Il n’y a pas de hasard, quoique disent les quand dira t’on !
    Et je n’ai pas spécialement besoin de mettre ma gueule dans les journaux pour m’en enorgueillir ! Je ne suis pas une bête de foire, ni même Jean Luc, ni qui que ce soit dans notre équipe du 115 du Particulier !

    En fait, la seule satisfaction que je pourrais en retenir, c’est que nous aidons concrètement des hommes victimes de l’exclusion, et ce, en toute simplicité, en toute humanité et que nous pouvons nous regarder à nouveau dans un miroir sans en détourner le regard…

    Ces hommes : Un père, un frère, un cousin, un ami, un pote, un voisin, une connaissance…

    Merci d’avoir également retrouver le chemin de ce miroir…

    Merci d’être cette belle famille du 115 du Particulier !

    Marchons ensemble pour faire reculer la misère et conduire nos frangins de la rue sur le chemin de la dignité citoyenne, car ce n’est qu’une affaire de famille…

    Sans Toi, Nous ne serions rien !…

    Brann du Senon

    (Pour agrandir la photo, cliquez dessus)

  • Aidez nous, pour mieux les aider!

    Le Village du 115 du Particulier est une communauté d’accueil de sans abri autogérée.

    Bon an, mal an, elle restitue à ses résidents les droits au toit, à l’alimentation régulière, à l’hygiène, aux soins et facilite leur accès aux droits communs : couverture sociale, recherche d’emploi et de logement et quand elle le peut, aide au maintien des liens familiaux.

    La survie économique de la communauté dépend d’activités (basées sur le volontariat) des résidents. Elle tournent principalement autour de la récupération de choses jetées : réemploi de matériaux, recyclage des métaux, déconstruction de caravanes en fin de vie, négoce de bois de chauffage…

    Faute de trésorerie pérenne, le matériel utilisé pour « fonctionner » n’est pas de première jeunesse et bien souvent, l’usure l’expose à la casse… Et en ce moment, une pluie de catastrophes s’abat sur ces équipements : le groupe électrogène qui assure l’électricité nécessaire à la vie du Village a lâché, le moteur du camion benne qui sert à livrer le bois de chauffage a cassé. Les remises en état, quand elles sont possibles, sont beaucoup trop lentes puisque tributaires d’une trésorerie aléatoire. Les réparations coûteuses ne pouvant s’effectuer qu’au rythme des faibles rentrées d’argent.

    La communauté ne peut pas, pour le moment, être reliée au réseau EDF ; en dépannage, le prêt d’un autre groupe de plus faible capacité couvre partiellement et difficilement les besoins du Village (extraction d’eau, éclairage, ligne du froid) excluant toutefois l’utilisation de chauffages dans les caravanes et l’hiver est presque là…
    L’accomplissement des activités et les conditions de vie deviennent difficiles au Village et malgré tout, les résidents du Village continuent d’assurer les distributions alimentaires qui soutiennent près de 450 familles, chaque semaine.

    Mais trop, c’est trop et là, ils ont besoin de nous, de vous, pour sortir de cette mauvaise passe, pour continuer leur travail solidaire et vivre dignement.
    C’est pourquoi nous lançons un appel aux dons pour qu’ils puissent acquérir un groupe électrogène d’une puissance de 25 kW.

    Et si ensemble nous les aidions à aider les autres ?

    CLIQUEZ ICI POUR NOUS AIDER